Faire un don Faire un don
You are here: Home > Actualites > Réponses à vos questions
Document Actions

Réponses à vos questions

L' enquête menée auprès des donateurs (4000 réponses !) a permis de faire remonter un certains nombres de questions que vous nous avez posé sur le Denier et la vie de l’Église. Ci-dessous, des éléments de réponse aux questions les plus fréquentes

 silfemme.jpg   "Vu le nombre de courriers que je reçois, vous devez dépenser beaucoup en communication "

Le diocèse veille rigoureusement à la maîtrise de son budget de communication et le nombre d’envois n’excède pas trois par an pour chaque donateur (y compris le reçu fiscal). Ainsi, les frais de collecte et de gestion s’élèvent environ à 3 % du montant total des dons dans le diocèse, un pourcentage beaucoup plus faible que dans les autres associations, grâce notamment aux efforts des bénévoles dans les paroisses pour parler du Denier de l’Eglise.

 

  "Je regrette que, pour la sépulture de mon frère, aucun prêtre n’est pu se rendre présent."

 

Cette réaction est légitime. Cependant, moins nombreux que par le passé, les prêtres doivent aujourd’hui assumer des responsabilités très importantes et variées et répondre à des sollicitations plus nombreuses. Les occasions de rencontre avec les familles sont toujours des moments privilégiés, mais la diversité de leur mission ne leur permet pas d’être présents partout.
  

 

L’Eglise, ce n’est pas seulement le prêtre, mais une communauté d’hommes et de femmes. C’est pourquoi des laïcs se forment pour épauler le prêtre dans les différents services qui relèvent de sa mission. C’est le cas notamment des équipes funérailles dont le rôle est d’accompagner les familles en deuil dans la préparation et l’organisation de la sépulture.

 

      "Je pense avoir le droit de connaître le salaire des prêtres et de l’évêque" 

 

Dans le diocèse, tous les prêtres, l’évêque inclus, perçoivent un traitement identique, équivalent au
SMIC net mensuel, qui leur permet de faire face à leurs frais pour les besoins de la vie quotidienne :
nourriture, habillement, loisirs… Un logement leur est généralement attribué soit par le diocèse, soit par la commune.

 

    man_silhouette_clip_art_9510.jpg   « L’Eglise est riche et n’a pas besoin d’argent »


Cette opinion est contraire à la réalité marquée notamment par les difficultés économiques que connaissent de nombreux diocèses. L’Eglise ne vit que des dons. La prétendue richesse de l’Eglise est une pure mais tenace illusion. Cette idée provient souvent des bâtiments (églises, salles…) qui génèrent en fait des coûts d’entretien importants. En effet, un diocèse ne peut durablement posséder d’immeubles de rapport. Il n’a le droit de posséder que des immeubles nécessaires à ses propres activités qui génèrent des dépenses conséquentes : réfections, entretiens, impôts... N’oublions pas que les églises et bâtiments construits depuis 1905 (loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat) sont à la charge des paroisses et des diocèses.
 

 

      man_silhouette_clip_art_9510.jpg  « L’Eglise perçoit des subventions de l’Etat et du Vatican » 

 

Lorsqu’on leur demande d’indiquer quelles sont les ressources de l’Eglise, de nombreux Français ont des opinions de ce type, en désaccord total avec la réalité. Ainsi, alors que l’Eglise catholique en France représentée juridiquement par les Associations diocésaines, ne bénéficie d’aucune aide ou de subvention de la part du Vatican, 75 % des Français pensent le contraire. De même, si l’Eglise ne bénéficie plus depuis 1905 d’aides ou de subventions directes de l’Etat, 58 % des Français ont encore une idée différente (source : sondage réalisé pour la Conférence des Evêques de France).
 

 

       « Il y a de moins en moins de prêtres donc ce n’est plus la peine de donner » 

 

Il ne faut pas oublier que le Denier sert aux prêtres de l’ensemble des paroisses, à tous les prêtres du diocèse, y compris les nombreux prêtres âgés vivant en maison de retraite. Par ailleurs, les dons permettent également de couvrir les salaires des employés laïcs du diocèse.
 

 

silfemme.jpg     « Ces campagnes de communication coûtent très cher »
 

 

Les frais directs de collecte représentent dans notre diocèse moins de 4 % des sommes recueillies. Ce pourcentage est beaucoup plus faible que dans les autres associations grâce notamment aux efforts des bénévoles dans les paroisses pour parler du Denier de l’Eglise. Les coûts sont particulièrement étudiés. Ainsi, un ensemble « tract + enveloppe porteuse + enveloppe retour » coûte moins de 10 centimes d’euros. Même si il faut parfois en distribuer 100 pour convaincre un nouveau donateur, le coût est alors de 10 euros pour un don moyen dans notre diocèse de 190 euros. Il ne faut donc pas hésiter à communiquer largement.
 

 

      man_silhouette_clip_art_9510.jpg   « L’Eglise sollicite trop souvent les gens pour leur demander de l’argent »
 

 

En fait, l’Eglise communique peu. D’ailleurs, 70% des Français estiment qu’elle ne parle pas assez clairement de sa situation financière. En fait, près des deux tiers de nos compatriotes estiment ne pas être trop sollicités par l’Eglise (sondage réalisé pour la Conférence des Evêques de France).